01
Île de Porquerolles – Var


— Co-fondateur du studio be-pôles et sportif accompli, Antoine Ricardou se passionne pour le sport, et s’adonne au ski, à l’alpinisme, au vélo, à la natation et à la voile.



Pour ce perfectionniste, la performance est aussi importante que la finition et le design de son équipement. C’est donc tout naturellement qu’Antoine a fait l’acquisition d’un bateau de course-croisière des années 70 alliant ces deux critères. Pour lui, le bateau c’est également une histoire de famille où il peut partager pleinement sa passion de la voile avec sa femme et ses trois enfants.

C’est donc sur l’île de Porquerolles que nous le retrouvons pour une navigation des plus agréables dans la baie de Hyères, sous un magnifique soleil d’automne, juste avant que le bateau ne sorte de l’eau pour son hivernage.

Île de Porquerolles – Var


— Co-founder of be-poles studio and accomplished sportsman, Antoine Ricardou is passionate about sport, and enjoys skiing, mountaineering, cycling, swimming and sailing.



For this perfectionist, performance is as important as the finish and design of his equipment. It is naturally that Antoine acquired a cruise-racing boat of the 70s combining these two criteria. For him, boat is also a family story where he can fully share his passion for sailing with his wife and three children.

It is on the island of Porquerolles that we meet with him for a pleasant navigation in the bay of Hyères, under a beautiful Autumn sun, just before the boat comes out of the water for its wintering.

-
-
-
01
01
01
— Antoine, tu nous accueilles sur ton voilier, d’où vient ta passion de la voile ?



« J’ai appris la belle navigation en naviguant avec mon père et en famille. J’aime le côté esthétique dans la navigation qui est lié à ton bateau, à la manière avec laquelle tu navigues ou tu fais tes manœuvres. En fait c’est un tout. »

— Tu parles de belle navigation, peux-tu nous en dire plus ?



« J’ai appris à naviguer avec des méthodes classiques : prendre un ris proprement (réduire la surface de voile, ndlr), amarrer son bateau dans le calme, passer les aussières correctement (cordages d’amarrage, ndlr), etc. La navigation un peu « Gentleman » qui se perd.

Par exemple, quand les bateaux sont à couple (les uns à côté des autres, ndlr), tu passes toujours par l’avant du mât et jamais par l’arrière, tu passes les haussières (cordages, ndlr) en dessous des voisins, etc. »

— Antoine, you welcome us on your sailboat, where does your passion for sailing come from ?



« I learned the beautiful sailing way with my father and family. I like the aesthetic side in the navigation that is related to your boat, the way you sail or do your manoeuvers. In fact it’s a whole thing. »

— You talk about beautiful navigation, can you tell us more ?



« I learned to sail with classic methods: take a clean reef (reduce the sail area, ndlr), moor the boat calmly, pass the hawsers correctly (mooring lines, ndlr), etc. The « Gentleman » navigation kind who trend to get lost nowadays.

For example, when the boats are in pairs (next to each other, ndlr), you always pass by the front of the mast and never by the back, you pass the ropes below the neighbors, etc.

-
-
01
« C’est mon papa qui m’a appris tous ces détails, ils sont très importants à mes yeux. Dans les ports on ne criait jamais, on se faisait des signes. Cela représente pour moi une certaine recherche de l’harmonie, en fait. Par exemple, quand tu fais une manœuvre, il ne faut jamais forcer. tout doit tomber naturellement. Si ça bloque c’est qu’il y’a un loup. En bateau, tu exécutes des étapes logiques en douceur.

Bien naviguer, c’est faire les choses dans l’ordre, avec une certaine lenteur pour rechercher cette harmonie. »

— Quels étaient tes critères dans l’acquisition de ce Tina 37’ ?



« D’abord avoir un bateau. Au delà du type du bateau c’est l’idée était d’avoir un endroit, comme une maison sur l’eau, c’est un projet de famille. Mais dans ma tête, un bateau doit être beau sur l’eau, il doit y avoir quelque chose de très esthétique. J’avais donc envie de naviguer sur un bateau qui soit à la fois très beau, très élégant mais qui avance ! Et ça c’est difficile à combiner. »

« It’s my dad who taught me all these details, they are very important to me. In the ports we never shouted, we made signs. This represents for me a certain search for harmony, in fact. For example, when you do a manoeuver, you must never force. everything must fall naturally. If it blocks it means there is something wrong. On a boat, you perform logical steps smoothly.

To sail well is to do things in order, with a certain slowness to search for harmony. »

— What were your criteria in acquiring this Tina 37 ‘?



« First to have a boat. Beyond the type of boat, the idea was to have a place, like a house on the water, it is a family project. But in my head, a boat must be beautiful on the water, there must be something very aesthetic. So I wanted to sail on a boat that is both beautiful, very elegant but fast too! And that’s difficult to combine. »

-
-
-
01
01
01
« Dans la fin des années 60, début 70, il y a eu toute une nouvelle génération d’architectes navals dont l’architecte de mon bateau qui ont bousculé les formes des voiliers. À cette époque, c’était la transition entre les quilles longues et les quilles suspendues.

Le Tina 37’ dessiné par Dick Carter est un des premiers bateaux de cette génération. Il a un look très ancien d’extérieur mais en dessous, c’est une vraie carène (forme de la coque, ndlr) ultra moderne pour l’époque. On n’avait jamais vu ça.

Mon bateau est un One Toner et a été conçu pour faire de la course-croisière. Il a notamment dominé pendant plusieurs années toutes les courses anglaises du RORC, du Fastnet, etc. Moi j’étais très attiré par ses formes et son esthétique mais aussi par ses performances. »

« In the late 60′s, early 70′s, there was a whole new generation of naval architects including the architect of my boat who jostled the shapes of sailboats. At that time, it was the transition between long keels vs fin keels.

The 37 ‘Tina designed by Dick Carter is one of the first boats of this generation. She has a very old exterior look but below, it is a real hull (shape of the hull, ndlr) ultra modern for the time. We had never seen that.

My boat is a One Toner and was designed to be a cruise racer. She notably dominated during several years all the English races of RORC, Fastnet, etc. I was very attracted by her forms and her aesthetics but also by her performances. »

-
-
01
« Ce qui est extraordinaire avec ce modèle, c’est que le bateau est à la fois élégant et performant. Avec sa légèreté, le bateau navigue à la voile dès 5-6 nœuds de vent.

Il est très confortable, il passe très bien dans la mer formée même par gros temps. C’est un bateau extrêmement marin, il est bas sur l’eau mais mouille très peu l’équipage.

Le seul bémol c’est que cette génération de bateaux ne plane pas donc tu plafonnes à 8-9 nœuds sous spi dans la brise. C’est un voilier limité par sa vitesse de sa carène il faut le savoir et l’accepter.

Pour avoir navigué sur pas mal de bateaux anciens, qui était plus des enclumes que des bateaux, celui-là est différent. Sa coque est en fibre de verre, ce qui limite l’entretien comparé à une coque en bois. Le pont et le roof et tous les aménagements sont en bois. Il y a un équilibre entre tradition maritime et modernité.»

« What is extraordinary about this model is that the boat is both elegant and powerful. With her lightness, the boat sails at 5-6knots of wind.

It is very comfortable, it goes very well in the formed sea even in heavy weather. She is an extremely marine boat, she is low on the water but doesn’t wet the crew.

The only downside is that this generation of boats does not surf, so you ceiling at 8-9 knots under spinnaker in the breeze. She is a sailboat limited by her speed of her hull. You must know it and accept it.

For having sailed on a lot of old boats, which was more anvils than boats, that one is different. Her hull is made of fiberglass, which limits maintenance compared to a wooden hull. The bridge and the coachroof and all the fittings are wood. There is a balance between maritime tradition and modernity. »

-
-
01
01
01
— Tu as laissé tous les équipements d’époque lors de la restauration ?



« On a changé tout l’accastillage, les rails de génois et grand voile, les taquets, les poulies, les cordages et certains winchs. On a cherché un compromis entre l’ancien et le pratique qu’on trouve maintenant dans les gammes d’accastillages modernes comme Antal. Le génois par exemple est très puissant, il nécessite de l’accastillage de qualité mais avec un look classique.

À l’intérieur, on a fait des concessions dans l’organisation pour pouvoir vivre en famille : installer un frigo, un bon parc batterie, un pilote automatique, etc. Je me rends compte qu’un bateau, c’est toujours des compromis. »

— You left all the original equipment during the restoration ?



« We changed all the deck hardware, the genoa and mainsail tracks, the cleats, the pulleys, the ropes and some winches. We sought a compromise between the old and the practice now found in the range of modern fittings like Antal. The genoa for example is very powerful, it requires the hardware of quality but with a classic look.

Inside, we made concessions in the organization to be able to live in family: to install a fridge, a good battery park, an automatic pilot, etc. I realize that a boat is always compromises. »

-
-
01
— Et d’où vient le nom de ton bateau ?



« J’ai appris à naviguer sur un bateau qui s’appelait le « NILS » et j’ai même appris à marcher sur ce bateau. Je suis le quatrième enfant et mon papa a acheté ce bateau quand je suis né. Je trouvais important de refaire vivre ce premier projet dans la famille c’est pourquoi mon bateau s’appelle le NILS II. »

— And where does the name of your boat come from ?



« I learned to sail on a boat called » NILS « and I even learned to walk on this boat. I am the fourth child and my dad bought this boat when I was born. I thought it was important to live this first project again in family so my boat is called NILS II.  »

-
-
01
01
— Quel est ton programme de navigation avec ce voilier ?



« Chaque propriétaire de voilier a un programme différent. Nous voulons naviguer à la voile pendant un mois l’été en Méditerranée et des long weekends au printemps. On veut faire des milles avec l’idée d’avancer et de progresser. Avoir un bateau qui navigue vraiment.

Notre bateau, on le voit très nomade, sans véritable port d’attache. C’est marrant, quand tu dis à quelqu’un que tu as acheté un bateau, la première question est : « Il est dans quel port ? » . Le port est intimement lié au bateau. Mais nous, on a imaginé que ce bateau n’aura pas de port d’attache. Cette année, il est à Hyères, l’année prochaine on compte aller en Italie. On le sortira de l’eau là-bas et ainsi de suite… La navigation pour moi, c’est la liberté.

J’aime l’idée de ne pas avoir d’attaches et d’aller où le vent et nos envies nous porteront. »

— What is your sailing program with this sailboat ?



« Every sailboat owner has a different program. We want to sail for a month in the Mediterranean Summer and long weekends in the Spring. We want to make miles with the idea of moving forward and progressing. Have a boat that really sails.

Our boat, we see her very nomadic, without real home port. It’s funny, when you tell someone that you bought a boat, the first question is, « Which port is she in?  » The port is closely linked to the boat. But we imagined that this boat will have no home port. This year she is in Hyères, next year we plan to go to Italy. She will be taken out of the water there and so on … The navigation for me is freedom.

I like the idea of not having ties and going where the wind and our desires will carry us. »

-
-
01
01
01
— Comment se passe la vie à bord avec trois enfants ?



« Le bateau c’est un huis clos dans un espace restreint et cela donne des moments très forts de famille. Tu es obligé de vivre ensemble, de t’accommoder des autres. Tu vis dans une harmonie obligatoire : tu t’endors à la même heure, tu te réveilles à la même heure, tout le monde a le même rythme. Et tu ne peux pas descendre en marche !

On est obligé de fonctionner ensemble. Je trouve ça très joli qu’une fois par an, pendant un mois, on se retrouve à devoir vraiment se retrouver, vivre ensemble. Chacun est obligé de fonctionner avec l’autre. »

— How is life on board with three children ?



« The boat is a closed room in a small space and gives very strong family moments. You are obliged to live together, to accommodate with others. You live in a compulsory harmony: you fall asleep at the same time, you wake up at the same time, everyone has the same rhythm. And you can not go down!

We have to work together. I find it very nice that once a year, for a month, we find ourselves having to really meet, live together. Everyone is forced to work with each other. »

-
-
« Aujourd’hui les bateaux modernes sont tous très équipés : dessalinisateur, d’immenses cuves à eau, batteries… et quand tu te retrouves sur un bateau comme le notre, moins organisé pour la croisière actuelle, parce qu’autrefois il n’y avait pas tout ce confort, il faut faire attention à tout et surtout apprendre à économiser : réduire la consommation d’eau, éteindre les lampes, etc.

Ce sont finalement pleins de gestes du quotidien auxquels tu dois prêter attention sur le bateau. C’est très instructif pour les enfants notamment, pour leur vie de tous les jours à la maison. La mer t’apprend ça, elle t’apprend l’économie. »

« Today modern boats are all very equipped: watermaker, huge water tanks, batteries … and when you find yourself on a boat like ours, less organized for the current cruise, because formerly there was not all this comfort, it is necessary to pay attention to all and especially to learn to save: to reduce the consumption of water, to extinguish the lamps, etc.

These are finally full of everyday gestures to which you must pay attention on the boat. It’s very instructive especially for children, for their everyday life at home. The sea teaches you that, it teaches you savings. »

-
-
01
01
— Et tes enfants, ils apprennent à naviguer ?



« Oui, c’est un projet de famille, de transmission, pour quelques semaines passées ensemble. Nous avons une chance inouïe de savoir naviguer. Je rencontre pleins de gens qui me disent : « moi si je savais naviguer, je pourrai aller faire le tour du monde… » C’est génial de pouvoir offrir cette chance à nos enfants et leur transmettre ce savoir-faire qui est quelque chose que l’on nous a donné.

Je trouve que c’est une belle idée qu’eux aussi, puissent continuer à transmettre ces valeurs. »

-
Merci à Gwenaëlle & Antoine Ricardou pour cette belle navigation à bord du NILS II durant ces deux jours autour de l’Île de Porquerolles. Vous pouvez suivre sur Instagram, Antoine et Gwenaëlle.

— How is life on board with three children ?



« Yes, it is a family project, transmission, for a few weeks together. We have an incredible chance to know how to navigate. I meet lots of people who say to me: « If I knew how to sail, I could go around the world … » It’s great to be able to offer this opportunity to our children and to transmit to them this know-how which is something that we were given.

I think it’s a good idea that they, too, can continue to transmit these values. »

-
Thank you to Gwenaëlle & Antoine Ricardou for this beautiful sailing aboard the NILS II during these two days around the Island of Porquerolles. You can follow on Instagram, Antoine et Gwenaëlle.

-
-
01
01
01
01
01
01
01

Laisser un commentaire